Suivez-nous !

Économie

MAROC. LAHCEN OULHAJ* : LA CONSTRUCTION RÉGIONALE NÉCESSITE…UNE VOLONTÉ POLITIQUE

Publié il y a

le

Les accords d’Abraham, outre le repositionnement géopolitique qu’ils ils impliquent, semblent définir un nouveau format du projet économique marocain. Si l’économiste que vous êtes partage cette perception, pourriez-vous nous dire de quoi est constituée cette nouvelle approche et, surtout, vers quoi tendrait-elle ?

Lahcen OULHAJ : Les accords d’Abraham, compris comme stratégie US de réconciliation et de rapprochement d’Israël avec ses voisins arabes, concernent davantage l’Arabie Saoudite, les Émirats Arabes Unis et Bahreïn. 

La coopération politique et économique entre Israël et le Maroc remonte aux années 1960-70. Les relations entre les deux pays ont été officielles entre 1994 et 2000. Aujourd’hui, il s’agit d’une reprise officielle de cette coopération qui ne s’était pas arrêtée. 

C’était Feu Hassan II qui évoquait assez souvent l’idée des fils d’Abraham (au sens religieux s’entend) et la nécessité de l’entente de ces fils et de l’alliance de l’argent (pétrolier) arabe avec l’intelligence et la technologie israéliennes ou juives de manière générale. 

Ces Accords d’Abraham n’impliquent donc pas de repositionnement géopolitique pour le Maroc. Notre pays s’est toujours défini et voulu comme faisant partie du bloc Ouest dirigé alors par les USA, et ce, depuis le débarquement des Américains à Casablanca, en 1942. Il y a eu des bases américaines sur le sol marocain, jusqu’aux années 1970. Il est vrai qu’après l’Indépendance (acquise en novembre 1955 et officialisée en mars 1956), il y a eu la tentation du mouvement des Non-Alignés et le progressisme ambiant de l’époque, surtout sous le gouvernement socialiste Abdallah Ibrahim (1959-1960). Les relations ont ainsi été établies avec la Chine Populaire, l’URSS, la Yougoslavie… Le renvoi de ce gouvernement ne s’était pas traduit par la remise en cause de ces relations, considérées comme purement économiques. Le Maroc est le seul pays africain à avoir signé un accord de libre-échange avec les USA, entré en vigueur en 2006. Cet accord a permis de multiplier par 5 le volume des échanges commerciaux entre les deux pays, entre cette date et 2019. L’économie marocaine demeure libérale et ouverte sur le monde avec des accords de libre-échange avec 56 pays étrangers. Une coopération économique active existe entre le Maroc et le reste du monde : la Russie, l’Inde, la Chine, l’Europe, l’Afrique Subsaharienne, l’Amérique du Sud (Brésil surtout). Il n’y a pas de changement du positionnement géopolitique du Maroc. 

Toutefois, l’accord tripartite de décembre 2020, entre les USA, Israël et le Maroc, s’est traduit par la reconnaissance américaine de la souveraineté marocaine sur l’ensemble du Sahara (occidental), en contrepartie de la reprise des relations officielles entre Israël et le Maroc. Cela change radicalement la donne du conflit entre le Maroc et l’Algérie autour du Sahara. Cela a permis une coopération sans précédent en matière de défense entre Israël et le Maroc. Cela renforce considérablement les capacités militaires du Maroc. De même, l’accord se traduit par davantage d’investissements israéliens dans des domaines technologiques, au Maroc. Il y a également des promesses d’investissements américains et israéliens importants, surtout dans la région de Dakhla et en direction de l’Afrique subsaharienne. En somme, lorsque le quantitatif dépasse un seuil, il est perçu comme un changement qualitatif. Donc, si l’accord tripartite tient toutes ses promesses, on pourra parler de repositionnement géopolitique du Maroc. Mais, cela sera un résultat et non un choix nouveau. 

Il est vrai qu’avec la perte de poids économique et politique de l’Europe et des USA dans le monde pour la première et dans la région pour les seconds, le Maroc ne se sentait pas bien à l’aise dans ses relations traditionnelles avec ce bloc de l’Ouest, depuis surtout l’avènement du nouveau règne, en 1999. C’est ainsi qu’il a beaucoup renforcé ses relations économiques avec l’Afrique Subsaharienne, l’Amérique du Sud et l’Asie (Chine, Inde, Corée du Sud…) Le repositionnement géo- économique du Maroc date donc du début de ce siècle, bien que notre pays accordât, à cette époque, énormément d’importance à l’accord de libre-échange avec l’UE ; importance à tempérer, cependant, par le lancement des négociations de l’accord de libre-échange avec les USA, dès 2002, et du dialogue stratégique entre les deux pays.

La crise avec l’Algérie et la fermeture du Gazoduc Maghreb Europe (GME) donne à penser que le Maroc change les paradigmes de son marché énergétique : accélération des explorations des gisements de Guercif et Larache, sollicitation du géant israélien New med Energy pour les recherches, projet d’un port gazier à Mohammedia…C’est la fin du marché nord-africain ?

Lahcen OULHAJ : Il est vrai qu’il y a une certaine accélération dans ce domaine d’exploration et de traitement du gaz. Le Maroc a été forcé. Il doit trouver des solutions dans l’immédiat. A terme, il faudra bien un jour que tous les pays se passent du pétrole et du gaz comme sources d’énergie. Est-ce la fin du marché nord-africain ? Ce marché n’a jamais été autre chose qu’un souhait. Il n’a jamais été une réalité, sauf pour le gaz. Aujourd’hui, l’Algérie a choisi de fermer ce marché et de rompre toutes relations avec le Maroc. La géographie n’a pas été modifiée pour autant. Elle est toujours là. A long terme, même si nous serons tous morts, comme disait J.M. Keynes, les problèmes politiques disparaitront, les échanges et la coopération renaîtront et se développeront. 

Quand bien même le Maroc aurait-il amorcé un décollage économique viable, il reste que le développement n’est pas seulement une affaire comptable, même si cet aspect est important. L’environnement, la confiance, la stabilité conditionnent, en dernière instance l’émancipation durable d’un pays. 

Lahcen OULHAJ : Le Maroc a certainement réalisé des avancées socio-économiques ayant leur importance, au vu de la pauvreté de ses ressources naturelles. Mais, de là à parler de décollage économique réussi, il ne faut rien exagérer. Le pays a encore beaucoup de problèmes de sous-développement. Quant à la réussite dans un milieu hostile, elle est possible. Il n’y a qu’à considérer les exemples d’Israël, de la Corée du Sud… Au contraire. L’hostilité du milieu peut être un aiguillon. Évidemment, la confiance à l’intérieur du pays, la stabilité politique et sociale sont déterminantes pour la croissance et le développement. Je pense que la réforme constitutionnelle de 2011 et les politiques sociales adoptées ces dernières années ont beaucoup renforcé la stabilité politique et sociale du Maroc. Quant à la confiance des citoyens dans les gouvernants, elle passe par la bonne gouvernance dans tous les domaines – dont, surtout, la justice – impliquant la reddition des comptes. Les élections générales de septembre dernier ont été une sanction éclatante de l’incompétence pitoyable des islamistes à gérer la chose publique. Cela a dû renforcer la confiance des citoyens en eux-mêmes et en leur pouvoir de récompenser et de punir les politiques.

Le Maroc fait le choix de l’investissement massif de l’Afrique de l’ouest. On comprend la volonté de compenser la chimère nord-africaine par la projection vers d’autres espaces. Mais cette zone est aussi sujette à l’instabilité : Mali, Guinée, Burkina Faso viennent d’être des théâtres de coups d’état ? Renoncer au rêve nord-africain, malgré les échecs, n’est-ce pas lâcher la proie pour l’ombre ?

Lahcen OULHAJ : Il est vrai que beaucoup de pays de l’Afrique subsaharienne souffrent d’instabilité politique et sociale. Il est vrai qu’il y a des risques pour l’investissement. Seulement, les investissements marocains en Afrique Subsaharienne sont des investissements privés. Il n’y a pratiquement pas d’investissements publics, sauf pour des aides dans le domaine d’équipements culturels, religieux ou de santé. L’essentiel des investissements sont dans les secteurs financiers (banque et assurance), des télécommunications et de services (dont des activités liées au commerce des marchandises). Le capital privé est, de par sa nature, opportuniste. Il y va parce qu’il y a un profit à tirer, plus élevé qu’ailleurs. On peut donc imaginer que s’il y a des investissements privés marocains en Afrique Subsaharienne, c’est parce qu’il y a des marges bénéficiaires importantes et couvrant les risques encourus. Évidemment, l’État du Maroc a signé avec les pays récipiendaires un très grand nombre d’accords économiques et commerciaux visant, entre autres, la protection de ces investissements. Mais, le risque zéro n’est pas de ce monde. 

Concernant le rêve nord-africain, investir en Afrique Subsaharienne n’est pas incompatible avec le développement de relations économiques avec les pays de l’Afrique du Nord. Le Maroc avait signé l’accord d’Agadir avec la Tunisie, l’Égypte et d’autres pays du Moyen-Orient. Il y a donc des échanges avec ces pays, mais nos pays sont souvent concurrents, sur le plan commercial. Avec l’Algérie, il y a une complémentarité indéniable, mais ce n’est pas le Maroc qui a choisi de rompre. Les opportunités économiques sont réelles en Afrique Subsaharienne et loin d’être une ombre qui serait saisie au lieu de la proie. Malheureusement, la proie est pour le moment un mirage, dont il faut pour le Maroc se détourner. 

L’Afrique Subsaharienne est convoitée par toutes les puissances économiques mondiales. Ses atouts et ses potentiels contrebalancent, et de loin, ses servitudes. Même les USA qui avaient détourné leur regard vers l’Asie, semblent maintenant vouloir s’y faire une grande place. La Grande-Bretagne se retire progressivement de l’Europe et regarde vers de plus en plus vers l’Afrique…

Depuis la conférence du Caire de 1947, en passant par la conférence de Tanger, l’Union du Maghreb arabe ( UMA), l’Afrique du nord court derrière son destin. Ces échecs sont-ils le fait d’égoïsmes économiques latents ou explicites des États ou, au contraire, les échecs économiques sont-ils la conséquence logique d’une conception géopolitique erronée de la construction régionale ?

Lahcen OULHAJ : La construction régionale nécessite avant tout une volonté politique commune à tous les États de la région à construire. Les conférences du Caire et de Tanger n’ont pas été le fait d’États souverains, mais de mouvements politiques, plus ou moins isolés. La seule tentative des États a été la création de l’UMA à Marrakech, le 17/2/1989. Kadhafi a imposé l’épithète « arabe » à l’UM, que la constitution marocaine a d’ailleurs rejeté depuis 2011. Les conditions politiques (conflit du Sahara) et économiques d’une union n’étaient d’ailleurs pas réunies. En plus, 3 ans après cette création, Benjedid a été démis de ses fonctions et Taya de Maurétanie a été assez vite renversé. Aujourd’hui, tous les acteurs signataires de l’accord (sauf ce dernier) ne sont plus de ce monde. 

L’intégration régionale nécessite d’abord et avant tout une volonté politique de construire un ensemble économique intégré et fort. Ensuite, il faut libérer les forces économiques privées pour assurer cette intégration en l’encadrant sur les plans institutionnels et juridiques. L’exemple de l’UE est là. On peut s’en inspirer. Des adversaires sur le plan politique ne peuvent en aucun cas construire un projet économique commun. Au contraire, les égoïsmes économiques sont le moteur de la croissance et du développement. Il faut libérer les égoïsmes individuels. Les États ne doivent pas poursuivre des objectifs politiques dans le cadre d’un jeu à somme nulle : ce que je gagne tu le perds et ce que tu gagnes je le perds. Lorsque les États s’inscriront dans un jeu coopératif à somme positive (gain mutuel), la construction nord-africaine avancera. Elle pourra avancer rapidement étant donné la proximité non seulement géographique, mais aussi linguistique et culturelle.

Adn-med travaille à un sursaut des élites qui doivent assumer leur devoir de lucidité et de courage en transcendant les tensions conjoncturelles. Au bout de quelques mois des femmes et des hommes des trois pays commencent à échanger dans le respect des opinions de chacun malgré un climat officiel délétère.  Cet élan peut-il, à terme, dépasser les échanges intellectuels pour atteindre des acteurs économiques ?

Lahcen OULHAJ : L’économie ne se fait pas en l’air. Elle se fait nécessairement dans un cadre étatique. Il ne peut pas y avoir d’échanges et de coopération économique lorsque les États s’y opposent. La question politique est déterminante pour l’économique. Maintenant, les échanges intellectuels sont nécessaires, car ils peuvent à terme influencer les politiques. Il faudrait viser l’objectif de renversement de l’hégémonie mentale et culturelle chez les décideurs politiques en travaillant la jeunesse qui accédera tôt ou tard aux leviers de commande. Si les jeunes nord-africains sont convaincus que tous les peuples de la région devraient travailler ensemble pour se développer ensemble, lorsque ces jeunes arriveront aux centres de décisions, les choses changeront inéluctablement positivement. 

* Lahcen OULHAJ est Professeur de sciences économiques et Président de la commission permanente chargée de l’analyse de la conjoncture économique et sociale au CESE 

Partager avec
Continuer la lecture
Cliquer pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Économie

GAZODUC NIGÉRIA-MAROC : LA CEDEAO S’IMPLIQUE

Publié il y a

le

Par

3 ou 4 ans pour débloquer les financements, 5 ans de travaux et une inauguration prévue pour 2032. Ce sont les délais nécessaires à la réalisation du Gazoduc Nigéria-Maroc dont les études de pré-faisabilité et de faisabilité sont bouclées, si l’on en croit Sediko Douka, le commissaire chargé des Infrastructure, de l’énergie et de la digitalisation au sein de la CEDEAO (communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest)  qui s’exprimait ce 15 septembre à Rabat après la signature d’un mémorandum entre le Maroc et la CEDEAO portant sur cet autre méga-projet qui ambitionne de desservir les pays de l’Afrique de l’ouest et l’Europe. (Voir adn-med du 4 septembre).

Pour Sediko Douka, le TSGP (Trans saharian gas pipeline) l’autre gazoduc qui doit traverser le Niger et se terminer en Algérie n’est pas concurrent mais complémentaire du second tracé qui doit desservir 13 pays ouest-africains. « Avec les énormes potentialités gazières du Nigéria, les 2 gazoducs trouveront leur place et seront même complémentaires (…) Sachant que le Gazoduc Nigéria-Maroc va se raccorder à d’autres pays producteurs comme le Ghana ou la Côte d’Ivoire. Il y a de la place pour les 2 infrastructures » a plaidé le commissaire de la CEDEAO.

Longtemps perçus comme exclusifs l’un de l’autre, en raison notamment de la rupture des relations algéro-marocaines qui a considérablement perturbé le marché gazier en Afrique du Nord, le tracé traversant le Niger et l’Algérie et celui qui passe par la côte atlantique sont présentés désormais comme des équipements d’égale importance. 

Il reste à mobiliser des financements qui s’élèvent à plusieurs milliards de dollars pour chaque projet. Trouvera-t-on des investisseurs pour les 2 réalisations ? Oui, répondent d’une même voix les partisans du gazoduc Nigéria-Maroc. Il y va de l’accès à l’énergie, c’est-à-dire du droit au développement de 400 millions de personnes ; ce qui n’est pas sans incidence sur la stabilité et la sécurité de la région ouest-africaine qui menace de s’embraser par un effet domino à partir des foyers sahéliens qui ont déjà contaminé le Nigeria à travers des organisations comme Boko Haram. La réduction de la pauvreté, source des flux migratoires incessants est aussi, pour partie, tributaire de l’aboutissement de ce méga-projet qui pourra également pourvoir aux besoins de l’Europe de l’Ouest, ajoutent les mêmes promoteurs qui se projettent déjà dans la phase marketing du chantier.   

Partager avec
Continuer la lecture

Économie

MAROC : ÉQUILIBRISME DÉLICAT AVEC LES USA ET LA RUSSIE

Publié il y a

le

Par

Nombreux furent les observateurs à être surpris de voir le Maroc s’abstenir lorsqu’il fallut mettre au vote à l’ONU la condamnation de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Une grande partie des commentateurs avaient lié cette décision au fait que, comme beaucoup de pays du sud, le Royaume dépendait de la Russie, premier exportateur mondial de blé, pour son approvisionnement en céréales. Il y a du vrai dans cette explication mais elle est incomplète. L’agence russe Rosselkhoznadzor, instance qui étudie les apports, besoins et qualités nutritionnelles des produits alimentaires vient de rendre publique la consommation russe en fruits et légumes. On apprend que celle-ci a augmenté depuis le début de la guerre déclenchée contre Kiev en février 2022 pour atteindre 5,1 millions de tonnes et que le Maroc rafle 45% de ce marché devant les républiques d’Asie centrale disposant pourtant de climats méridionaux comme le Turkménistan (30 %), le Kazakhstan (21 %), le Tadjikistan (16 %), l’Ouzbékistan 14 %. Assez curieusement le rapprochement affiché avec Pékin n’a pas eu d’effets significatifs sur les échanges commerciaux entre les deux pays. Sur le segment des fruits et légumes, la Chine ne pourvoie qu’à hauteur de 11 % des besoins de la fédération de Russie. 

Outre cette coopération alimentaire, le Maroc et la Russie entretiennent également de bonnes relations en matière sanitaire. C’est, entre autres, grâce au vaccin Sputnik que le Royaume a pu gérer sans grands dommages la crise du Covid 19. 

La densité du commerce et, plus généralement, la coopération entre Rabat et Moscou mettent en porte à faux la diplomatie du Royaume dont les alliés traditionnels occidentaux, notamment les USA, attendent une position ferme et solidaire sur la question ukrainienne au moment où le continent africain est l’objet d’une lutte acharnée entre la Chine et la Russie d’une part et l’UE et les USA d’autre part. Les Américains qui avaient désinvesti sous Trump le projet d’accompagnement démocratique lancé par Barack Obama se préparent à réinvestir la scène africaine avec le sommet USA-Afrique prévu du 13 au 15 décembre (Voir la chronique de Said Chekri)

Si Washington a fermé les yeux sur des relations économiques dans des secteurs où il n’y avait pas concurrence américaine directe, il sera de plus en plus difficile pour Rabat, désormais lié stratégiquement par les accords d’Abraham avec Israël et les USA, de continuer à faire le grand écart, car à partir de l’année 2023, il faudra se déterminer pour un camp ou un autre. Et les relations historiques qui lient le Maroc et les USA ne laissent pas vraiment de choix.  

Partager avec
Continuer la lecture

Économie

MAROC : BAISSE DRASTIQUE DES RÉCOLTES CÉRÉALIÈRES

Publié il y a

le

Par

La campagne des récoltes céréalières actuelle a connu une baisse de 67% annonce un communiqué du ministère de l’agriculture, de la pêche maritime, des régions rurales et des eaux et forêts. Cette année, le Maroc engrange 34 millions de tonnes contre 103,2 millions de tonnes l’année précédente, laquelle fut une saison exceptionnelle.

Les variétés céréalières se répartissent comme suit : 18,9 millions de tonnes pour le blé tendre, 8,1 millions de tonnes pour le blé dur et 7 millions de tonnes pour l’orge. 

Cette réduction est due au double effet de la réduction de la pluviométrie et de sa mauvaise répartition sur l’année. Essentiellement tombée en novembre et décembre, les précipitations quasiment absentes en janvier et février ont considérablement altéré la croissance des pousses. L’essentiel de la production a été assurée par les zones favorables de Fès-Meknès et de Rabat-Salé-Kénitra. Pour rappel, la campagne agricole 2021/2022 a enregistré une pluviométrie de 199 mm soit, une baisse de 34% par rapport à la même période de l’année précédente. 

Les restrictions des irrigations ont également pesé sur le volume global de la production.

La dépendance alimentaire du royaume pèse sur sa diplomatie. Les observateurs ont relevé que le Maroc s’est abstenu à l’ONU quand il a fallu condamner l’invasion de l’Ukraine par la Russie dont le Maroc est l’un des grands clients. La reprise d’activité du port d’Odessa d’où doivent partir les livraisons de blé est attendu avec impatience et fébrilité par Rabat et d’autres capitales africaines ou moyen orientales. 

On se souvient que le Maroc avait connu en juin 1981 des émeutes de la faim qui s’étaient soldées, selon un bilan officiel, par 114 morts à Casablanca. Le spectre de ces soulèvements, par essence imprévisibles et incontrôlables, hante tous les pays dont la fabrication de pain, de pâtes ou de couscous, consommation de base des populations, dépend d’une géopolitique de plus en plus instable. 

Partager avec
Continuer la lecture

Économie

ÉNERGIE : ALGER VOLE AU SECOURS DE TUNIS

Publié il y a

le

Par

Rien ne semble perturber la lune de miel qui règne entre Alger et Tunis. Ayant déjà volé au secours du régime de Kaïs Saïed par l’octroi d’un prêt de 300 millions dans une période financière particulièrement critique l’année dernière, Alger se dit prête à augmenter ses exportations d’électricité vers la Tunisie – pays touristique grand consommateur d’énergie en été – en cas de demande. 

C’est Mourad Adjal, PDG de Sonelgaz qui a déclaré ce lundi en marge d’une réunion tenue à El Bayadh (centre-ouest) du pays, avec les cadres de son entreprise que « l’Algérie qui exporte quotidiennement plus de 500 mégawatts d’énergie électrique vers la Tunisie, pays frère, était prête à augmenter les quantités d’électricité exportées en cas de hausse de la demande”.

Autre pays qui figure parmi les grands privilégiés de la diplomatie algérienne actuelle : l’Italie. Lors de cette rencontre, le même dirigeant a annoncé qu’un projet est actuellement en cours d’études pour envisager « l’exportation d’électricité vers l’Italie ». 

Il est difficile d’établir ce qui relève des capacités algériennes à honorer ces proclamations de ce qui participe de campagnes de communication qui ne cachent plus la volonté d’attirer le voisin de l’est dans le sillage politique des nations s’alignant sur Moscou pour s’opposer à un monde occidental dont Tunis fut toujours un fidèle allié. 

Ces annonces peuvent en effet être sujettes à caution quand on sait que les coupures d’électricité en Algérie sont des désagréments que doivent affronter les foyers algériens, hiver comme été.

Partager avec
Continuer la lecture

Économie

GAZODUC NIGÉRIA-EUROPE : L’ALGÉRIE DEVANT LE MAROC.

Publié il y a

le

Par

Sauf imprévu peu probable, le méga projet du Tans Saharian Gaz Pipeline, TSGP destiné à assurer le transport du gaz nigérian vers l’Europe traversera les déserts algériens et nigériens. Le Nigéria, le Niger et l’Algérie ont en effet signé un mémorandum ce jeudi pour lancer la construction d’une réalisation qui peut bouleverser le marché du gaz sur le Vieux continent. La Task force regroupant les experts des trois pays constituée à Abuja est, selon le ministre algérien, en phase opérationnelle. 

Pendant plusieurs années le Maroc avait mobilisé ses puissants réseaux tissés en Afrique de l’ouest pour convaincre ses partenaires de la viabilité de sa proposition qui ambitionnait de faire passer le gazoduc par la côte atlantique. Une puissante activité diplomatique avait été déployée par Rabat pour expliquer que les pays de l’Afrique de l’ouest allaient également bénéficier de cette source d’énergie pour booster leur développement. Pour valoriser cette option, une campagne de sensibilisation alertant contre les risques des attaques des terroristes djihadistes infestant le Sahel avait même été soutenue par Rabat. Au mois d’avril passé, rien n’était encore joué puisque les autorités marocaines et nigérianes annonçaient avoir chargé la société d’ingénierie australienne Worley de la réalisation de l’étude d’ingénierie et de conception préliminaire du gazoduc (FEED, Front-end engineering design). 

Dans cette bataille le Maroc comptait faire d’une pierre deux coups : s’émanciper définitivement de l’approvisionnement gazier algérien et renforcer son influence déjà conséquente dans la plupart des pays de l’Afrique occidentale 

Finalement, les rentrées financières enregistrées par l’Algérie avec la flambée des prix des hydrocarbures engendrée par l’invasion de l’Ukraine ont pesé lourd dans le choix des deux pays subsahariens qui ont longtemps laissé planer le doute quant à leur choix définitif du trajet à retenir. 

Curieusement, c’est par une dépêche lapidaire que l’agence officielle Algérienne, l’APS a fait état ce jeudi de la réception par le chef de l’État Abdelmadjid Tebboune des ministres de l’énergie et des mines des trois pays concernés par le tracé du gazoduc alors qu’Alger comme Rabat ont longtemps mené une guerre de communication sans merci pour vanter leurs dossiers respectifs.

Pour cet expert qui a gardé l’anonymat, « La conjoncture internationale favorise l’Algérie, pays producteur qui peut facilement lever les financements nécessaires à la construction de ce gigantesque équipement. Pour autant, le Nigéria et le Niger ne souhaitent pas perturber les relations culturelles et économiques privilégiées qu’ils ont établies de longue date avec le royaume chérifien. Et pour une fois Amar Belani, le préposé aux polémiques avec le Maroc a été sommé de garder le silence sur ce sujet ». Pour combien de temps ?   

Pour rappel, ce chantier soumis à discussion au début des années 2000 dans le cadre du NEPAD avait failli être définitivement abandonné pour cause de non-rentabilité avant que la crise mondiale de l’énergie ne vienne relancer l’intérêt des producteurs, des consommateurs et donc des investisseurs.  

Partager avec
Continuer la lecture

Économie

MAROC. LE DÉFI DE LA SÉCHERESSE

Publié il y a

le

Par

Les observateurs et experts de la scène marocaine ont généralement et à juste titre donné un bilan controversé du long et spasmodique règne de Hassan II. Monarque autocrate et jouisseur, dont le cynisme culmina avec l‘affaire Ben Barka ; souverain deux fois miraculé qui a malgré tout prémuni son pays de l’intégrisme et sauvegardé l’intégrité d’un royaume dans un continent miné par les turbulences du tiers-mondisme révolutionnaire ; on aura dit une chose et son contraire de l’homme qui dirigea le Maroc d’une main de fer pendant près de quarante ans. 

Il y a pourtant un domaine, essentiel au développement des nations, qu’il est difficile de ne pas mettre au crédit de Hassan II : l’anticipation des problèmes liés à la raréfaction de l’eau. Si le Maroc n’échappe pas aux récurrentes coupures d’eau, on ne peut s’empêcher de penser à ce que seraient les besoins des populations citadines ou paysannes si une autre politique avait été suivie au lendemain de l’indépendance acquise en 1956.  Dès les premières années qui ont suivi la fin du protectorat, un programme soutenu de construction de barrages a vu le jour, ce qui a servi à répondre à la consommation des ménages, à l’agriculture, au début de l’industrialisation et, surtout, à l’hydrophage tourisme. 

Le royaume capte environ 80% de sa pluviométrie, ce qui demeure insuffisant si l’on sait que l’anticyclone des Açores constitue un voile qui bloque l’avancée des nuages chargés d’humidité, réduisant d’autant la masse d’eau qui atteint les côtes marocaines. Aujourd’hui les nappes phréatiques de la région de Marrakech s’amenuisent et font redouter une dangereuse montée des eaux salées. Les régions rurales forent autant qu’elles le peuvent pour subvenir à leurs besoins vitaux. On se souvient de l’émotion suscitée par la chute du petit Rayan tombé dans un puits clandestin creusé à côté de la demeure familiale.

Le Plan National de l’Eau (PNE 2020-2050) qui devrait être financé à hauteur d’environ 380 milliards de dirhams vise à une approche globale de l’approvisionnement et de la consommation en eau du royaume pour la période couvrant les trente prochaines années.

Simultanément, un vaste plan de réalisation de retenues collinaires, (127 devraient être réceptionnés d’ici 2024)   placés en amont des grands barrages est en phase d’exécution. Il a pour but de soulager les groupes sociaux éloignés des grands réseaux mais aussi de servir de bassin de rétention des charges boueuses qui envasent les anciens équipements.

Par ailleurs une politique de récupération des eaux non conventionnelles, désalinisation, traitement des eaux usées vient compléter les sources d’approvisionnement.  Il demeure que l’offre est largement en deçà de la demande qui ne cesse de croitre.

Le gouvernement traite ce dossier avec une attention qui dissimule mal l‘ampleur d’un chantier critique. On parle de gestion intégrée de l’eau pour préparer les habitants à changer leur mode de consommation voire leur rapport à des disponibilités hydriques de plus en plus réduites. Éduquer le Marocain à vivre avec un quotidien déterminé par la rareté de l’eau fait désormais partie des mesures que compte dévoiler l’exécutif. « On évoque souvent des risques de perturbation ou de déstabilisation du pays pour des considérations militaires, énergétiques ou territoriales ; dorénavant les gouvernants savent que le stress hydrique fait partie des grands périls qui peuvent ébranler la sécurité et la stabilité du royaume » confie un agriculteur du Souss. 

De douloureux et délicats arbitrages attendent Rabat qui entend se poser comme pays pivot de la région, ce qui suppose des investissements stratégiques dans les domaines militaires et technologiques.  

Partager avec
Continuer la lecture

Économie

MAROC : LA DIFFICILE RECONVERSION DU COMMERCE DU CANNABIS

Publié il y a

le

Par

Les trafiquants ont toujours une longueur d’avance se désole un jeune magistrats contacté ce samedi après la saisie effectuée la veille au niveau de la station de péage de l’autoroute de Casablanca. Alors qu’un vaste programme de reconversion de la culture et du commerce du cannabis impliquant plusieurs ministères dont ceux de la santé, du commerce, de l’industrie et des affaires étrangères, rien ne semble dissuader et encore moins arrêter les activités criminelles d’un marché en perpétuelle extension.  

Ce vendredi les services de la DGSN (Direction générale de la sureté nationale) ont annoncé la saisie de deux tonnes de cannabis manifestement destinée au trafic international. En effet, le camion à bord duquel était transporté la marchandise saisie était, conduit par un homme de 34 ans assisté d’un autre âgé de 44 ans, venait de la région de Jorf El Malha et se dirigeait vers les provinces du sud. Les services de sécurité ont également trouvé à bord du véhicule un bateau pneumatique, deux moteurs marins et une somme importante d’argent. Les trafiquants ont vraisemblablement décidé de quitter temporairement les côtes rifaines, traditionnellement privilégiées pour exporter vers les rivages espagnols le haschich majoritairement produit dans cette région du nord du Maroc. Le renforcement des contrôles induits notamment pour le regain d’afflux de migrants vers les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla ont conduit vers l’exploration d’autres pistes comme les Iles Canaries ou encore le passage par certains pays d’Afrique de l’Ouest. Par ailleurs l’aggravation des tensions nées opposant l’Algérie et le Maroc depuis l’été 2021 a engendré une multiplication des mouvements de troupes des deux côtés de la frontière rendant d’autant plus difficiles les livraisons de cette drogue vers le marché algérien.  

L’ambitieuse politique de régularisation va prendre du temps à donner ses fruits estime notre interlocuteur : « Pour une longue période encore, les cultivateurs préfèreront commercer avec les trafiquants qui encouragent une activité échappant aux obligations fiscales et qui sont peu regardantes sur la qualité des produits mis à la disposition du consommateur. » Le jeune magistrat conclut que le succès de l’encadrement de la production, de la transformation et du commerce du kif dépend autant de la sécurité, de l’éducation des mentalités que de développement économique général ».        

Partager avec
Continuer la lecture

Économie

MAROC. ASSUMER LE CANNABIS

Publié il y a

le

Par

Cela fait bientôt une année que le Maroc a décidé la légalisation de la culture du cannabis à usage thérapeutique et médical. Ce 2 juin, l’Agence nationale de réglementation des activités relatives au cannabis (ANRARC), a tenu la première réunion de son conseil d’administration. Cet organisme a vocation à devenir un instrument stratégique pour l’économie du Royaume.

Désormais, le Maroc assume son statut de pays producteur mondial de cannabis et vise à travers ses nouvelles législations à préserver et consolider ce qui est considéré comme « un patrimoine national » par, assurent les autorités marocaines, la mise en place de mécanismes rigoureux de suivi et de contrôle pour éradiquer du marché le cannabis illégal et ses dérivés.

Le Maroc change donc radicalement de paradigme pour sortir de la culture clandestine d’une substance qui génère une économie parallèle échappant au fisc qui dégrade l’environnement, provoque des troubles comportementaux criminogènes et attente à l’image du pays. 

Selon les déclarations gouvernementales, ce programme vise à l’installation de circuits surveillant l’usage médical et industriel du cannabis en respect des engagements internationaux du Royaume. L’objectif officiellement visé est d’attirer des opérateurs internationaux dans l’investissement de la transformation et l’industrialisation des produits extraits du cannabis, afin de créer une industrie productrice de valeur et d’emplois. La problématique de la commercialisation pour usage récréatif sera également appréhendée dans la mesure où ce secteur représente la totalité du marché informel. 

Notons que jusque-là, plusieurs tentatives de canalisation et de reconversion des activités de production illicite du cannabis via des programmes de coopération internationale, notamment avec l’union européenne, se sont soldées par des échecs, les paysans préférant reprendre leurs productions traditionnelles pour des raisons de rentabilité. La capacité de capter, d’intégrer et de stabiliser dans cette nouvelle stratégie des paysans installés depuis des générations dans une culture échappant à tout contrôle est le premier vrai défi auquel sera confronté le Maroc qui doit entreprendre un chantier où sont concentrés des problèmes, écologiques, sanitaires, économiques, sécuritaires et diplomatiques.   

Les ambition des autorités marocaines apparaissent dans le panel des membres de l’exécutif présents à la réunion du 2 juin. Y ont participé le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, de la ministre de l’Économie et des Finances, du ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts, du ministre de l’Industrie et du Commerce, du ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de l’Innovation, des représentants des autorités gouvernementales en charge de la santé, de l’eau et de l’environnement, ainsi que des Directeurs généraux de l’Agence Marocaine de Développement des Investissements et des Exportations et de l’Office National de Sécurité Sanitaire des produits Alimentaires. 

Partager avec
Continuer la lecture

Économie

ALGÉRIE. UN GROUPE ÉMIRATI SECOND FOURNISSEUR DE BLÉ

Publié il y a

le

Par

Selon le site Africa-influence, le second importateur de blé en Algérie est le puissant groupe émirati Al Ghourair Ressources international qui arrive derrière les pays de l’Union européenne où l’Allemagne occupe la première place ; la France ayant perdu ces dernières années la place privilégiée qui était la sienne. 

L’approvisionnement à partir de l’Inde, grand producteur de blé, étant impossible – New Delhi a interdit l’exportation de son grain depuis l’invasion de l’Ukraine où le consortium émirati avait installé une filiale – ses recherches s’orientent désormais vers l’Amérique du Nord et du Sud pour compenser les quantités impossibles à convoyer après le blocage de la Mer noire.

Al Ghourair Ressources capte notamment les appels d’offre des consommateurs de pays du sud où les pouvoirs sont peu ou prou contrôlés par l’institution militaire. Il est ainsi très présent sur le marché des céréales en Égypte et de son voisin et proche allié le Soudan. Dans ce dernier pays, il a même racheté une minoterie. 

Le marché algérien est une des cibles des Émiratis qui se sont souvent posé en intermédiaires dans plusieurs autres domaines, y compris celui, très sensible, des équipements militaires. Cette coopération a connu un développement soutenu lorsque l’armée algérienne était commandée par le défunt Gaid Salah qui était chef d’état-major et vice-ministre de la défense.    

Partager avec
Continuer la lecture

Économie

FRANCE-ALGÉRIE : RÉCHAUFFEMENT POUSSIF

Publié il y a

le

Par

L’Algérie et la France qui alternent des cycles de tensions et de fugaces rapprochements ne parviennent toujours pas à pérenniser des relations régulièrement chahutées par des considérations politiciennes généralement dictées par l’instrumentalisation du passé colonial. 

Il reste que la réalité économique et technique rattrape souvent ces brouilles ; des domaines de coopération technique ou scientifique ne pouvant être colmatés par le recours à la coopération italienne, allemande ou chinoise. Il en est ainsi du secteur des transport lourdement handicapé par les crises qui ont sévèrement secoué en octobre dernier les rapports entre Alger et Paris.

Ce jeudi, c’est le ministre des transports qui a reçu l’ambassadeur de France à Alger, François  Gouyette pour examiner «  les voies et moyens de renforcer la coopération des deux pays dans le domaine des transports », indique un communiqué du ministère des Transports qui précise que  « Les deux parties ont également examiné les moyens de renforcer la coopération entre les deux pays et l’échange d’expertises en matière de réalisation et d’exploitation notamment le développement de l’infrastructure ferroviaire et du réseau Tramway ».

Pour rappel, ce sont des sociétés françaises qui ont réalisé le métro d’Alger et d’autres vecteurs de transport urbain, notamment dans la capitale. La gestion de l’exploitation du métro avait été confié à la RATP avant que le pouvoir algérien décide de l’en dessaisir. Les problèmes de gestion et d’entretien de ces moyens de transport  handicapent souvent la rentabilité, affectant les usagers qui les empruntent. Pour cet élu de l’assemblée de wilaya d’Alger, « les ruptures contractuelles sont plus souvent dues à des tensions politiques qu’à des considérations économiques et commerciales ».  

On relèvera que de reports en reports, les réunions du comité intergouvernemental de haut niveau (CIHN), perturbées par les secousses politiques, les départements ministériels algériens, en bute à des retards de livraison de matériel, de pièces de rechanges ou à des déficits d’expertise sont réduits à solliciter l’ambassade pour parer aux contraintes les plus urgentes. 

Partager avec
Continuer la lecture

Les plus vus de la semaine

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com