dimanche, décembre 3, 2023
Politique

ONU : LAMAMRA LE COUTEAU SUISSE ALGÉRIEN

Il est partout à l’ONU. Et plutôt efficace. Malgré une politique intérieure dominée par une répression de tous les instants et une situation économique des plus préoccupantes, Lamamra, replace peu à peu l’Algérie dans les grandes enceintes internationales. Il est vrai que la crise énergétique qui fait du gaz un produit rare et recherché aide à faire de ce pays producteur un partenaire qu’il faut savoir ménager. Mais tout de même. On a vu des périodes où le renchérissement des hydrocarbures fut tout aussi haut sans qu’Alger n’en ait retiré des avantages diplomatiques conséquents.  

Pourtant, le pouvoir algérien partait de loin. Isolée et sérieusement secouée après l’insurrection de 2019, l’Algérie redevient visible – en attendant d’être audible ? – sur la scène internationale. L’auteur de ce redéploiement n’est autre que le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra dont l’épais carnet d’adresse personnel est mis à profit pour activer des relations personnelles ou remettre au goût du jour des initiatives tombées en désuétude comme l’accord d’Alger sur la crise malienne. 

Le régime attend aussi beaucoup du délicat sommet de la Ligue arabe qu’il veut faire coïncider avec l’anniversaire du déclenchement de lutte armée du 1er novembre, évènement autour duquel le chef de la diplomatie algérienne s’est dépensé sans compter. 

La revanche

Ironie de l’histoire ces relations furent nouées par Lamamra au moment où, blacklisté par le général Betchine à l’époque de Liamine Zéroual, il se fit apprécier à l’ONU et l’UA (l’OUA à l’époque) où il exerça d’éminentes responsabilités. 

Á l’occasion de ses nombreux entretiens en marge de l’assemblée générale de l’ONU où il représentait son pays, Lamamra a appelé à ”la nécessité pour les pays africains de s’exprimer d’une seule voix pour plaider en faveur d’une action climatique effective et efficace qui prenne en compte les priorités de l’Afrique et ses préoccupations, notamment en lien avec les tentatives répétées tendant à remettre en cause la validité du principe des responsabilités communes mais différenciées”. Une manière de fédérer le continent sur des dossiers consensuels au moment où la crise ukrainienne risque de provoquer des fissures entre les pays membre de L’UA.

Cette activité saluée par les professionnels de la diplomatie suscite cependant réserves, suspicion et même inquiétude dans et en dehors du pays. Des gourous du sérail n’oublient pas que le ministre des Affaires étrangères s’était mis dans les starting-blocks pour la succession de Boutelika, période où il recommanda la mansuétude pour l’ancien chef de l’État, chose qui lui fut reprochée par une bonne partie de l’opinion publique comme la (seule) faute politique qui ait entaché un parcours, par ailleurs, exemplaire. « Cette ambition n’est pas oubliée par les clans qui ont toujours veillé à ce que le pouvoir soit transmis dans les réseaux occultes. Or, si Lamamra est apprécié pour ses compétences professionnelles, ce Kabyle réservé sur les questions internes ne figure pas sur les tablettes de ces parrains. », soutient un des anciens collaborateurs du chef de la diplomatie.

Le Maroc est l’autre acteur qui s’alarme de cette hyperactivité. N’a-t-on pas dit que c’est Lamamra qui serait à l’origine du fracassant désaveu du tout nouveau président kenyan par son ministre des Affaires étrangères quand le premier annonça dès son élection la reconnaissance de la marocanité du Sahara occidental. 

Un caillou dans la chaussure

Un écueil, accidentel ou intentionnel, risque cependant de perturber le travail du ministre algérien. Il vient en effet de se voir désigner comme secrétaire général un certain Amar Belani. « Un éléphant dans un magasin de porcelaine affecté aux bruyantes polémiques avec le Royaume chérifien. L’inverse des méthodes de travail de Lamamra qui privilégie l’argumentation et la préservation des qualités relationnelles. On peut voir dans cette promotion, non pas un désaveu mais le signe d’une mise sous-surveillance d’un ministre qui a déjà montré par le passé sa liberté de manœuvre », précise notre interlocuteur. 

Partager avec

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisment ad adsense adlogger