jeudi, novembre 30, 2023
Sports

DERNIÈRE MINUTE. CHAN : LE MAROC ABSENT 

Le feuilleton au cours duquel les informations contradictoires (voir ADN-MED  des 12 et 13 janvier) se sont télescopées vient de prendre fin. Le Maroc ne prendra pas part au championnat d’Afrique des nations où s’affrontent les joueurs évoluant dans leurs championnats respectifs et qui se déroule en Algérie du 13 au 4 février.

Ce vendredi, les joueurs marocains s’étaient rendus dans la matinée à l’aéroport Rabat Salé où un avion de la Royal Air Maroc prêt à décoller attendait sur le tarmac. Vers 13 heures, les footballeurs marocains ont été invité à rejoindre leur domicile, l‘accord attendu pour obtenir le survol de l’espace aérien algérien n’est pas venu. Alger n’entend pas revenir sur une fermeture consécutive à  la rupture des relations diplomatiques décidée en août 2021.

Hasard du calendrier, le président de la fédération internationale de football, la FIFA, Gianni Infantino et Patrice Motsepé, président de la confédération africaine de football, la CAF qui se trouvaient à Rabat pour le tirage au sort du mondial des clubs ont croisé les joueurs marocains au salon honneur de l’aéroport. Ce dernier n’a pas caché son désappointement : «  Cela m’attriste (…) je veux que ces jeunes représentent le peuple marocain et l’ensemble de l’Afrique. J’ai passé les derniers jours à faire tout mon possible », a déclaré Motsepé qui ajoute que le gouvernement algérien a fait de cette affaire une question de souveraineté.  Un argument que reprend le Maroc à son compte pour justifier son refus de voir son équipe nationale voyager sur une autre compagnie nationale que la sienne.

Outre le gâchis sportif qui voit un championnat continental amputé de l’équipe qui a remporté les deux dernières éditions (2018 et 2021), la CAF est désormais confrontée à un vrai casse-tête juridique. Si elle considère l’absence du Maroc comme un forfait, le Royaume devrait, en toute logique, être sanctionné, si, en revanche, elle estime que l’interdiction opposée à la RAM de survoler l’espace aérien algérien comme une obstruction au bon déroulement du tournoi, c’est l’Algérie, pays organisateur, qui est fautive.

Signe d’une politisation manifeste de l’incident, les journaux des deux pays s’astreignent à un alignement strict sur les positions officielles. Les médias marocains se plaisent à souligner les maladresses des organes de presse officiels algériens qui ont passé sous silence le valeureux parcours des Lions de l’Atlas ainsi que leurs performances dans le CHAN ; de leur côté, les titres algériens qui rappellent les « actes malveillants du Royaume » qui ont conduit à la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays expliquent que ce boycott est une manœuvre décidée de longue date pour ternir le prestige international de l’Algérie.

Les tensions algéro-marocaines n’ont pas fini de perturber la région et le continent.     

Partager avec

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisment ad adsense adlogger